Qu’est ce que la chape fluide ?

Juin 18, 2012 0 commentaire par

Avec un taux de croissance annuelle de 10 à 15 %, les chapes fluides ne cessent de gagner des parts de marché (10 Mm² sur un total de 35 Mm² de chapes).

Composées de ciment ou de sulfate de calcium (anhydrite), elles sont utilisées aussi bien dans le neuf que dans l’ancien et possèdent de nombreuses qualités :
rapidité et facilité de mise en place,
amélioration de l’isolation thermique et acoustique des bâtiments…

Elles sont fréquemment utilisées pour recouvrir les planchers chauffants, car leur fluidité permet d’enrober parfaitement câbles et tubes, et leur conductivité thermique améliore le rendement énergétique du système, tout en limitant les déperditions.

De plus, leurs propriétés permettent d’éviter l’emploi d’armatures métalliques et de treillis soudés, ce qui facilite et accélère leur pose (50 à 100 m²/h). La faible épaisseur des chapes fluides (30 mm contre 50 mm pour une chape traditionnelle) en fait le produit idéal pour remettre à niveau n’importe quel support et limiter la charge du plancher.

Autolissantes et auto-nivelantes, elles s’appliquent facilement à l’aide d’une pompe, même dans les endroits les plus difficiles d’accès.

Avec les chapes fluides, nul besoin de joints de fractionnement. La chape anhydrite peut traiter jusqu’à 1 000 m² de surface (et parfois plus), sans aucun joint scié. Pour la chape fluide ciment, on atteint environ 75 m² de couverture sans fractionnement. Dans tous les cas, les chapes fluides doivent être recouvertes d’un revêtement de sol (carrelage, moquette, parquet, peinture, résine…).

Finition par Marius Aurenti

Les chapes fluides sont certifiées par des Avis Techniques délivrés par le CSTB et leur application nécessite la compétence de professionnels agréés et formés. Complémentaires mais non concurrentes, les chapes fluides ciment et anhydrite n’intéressent pas les mêmes chantiers et les applicateurs les choisissent en fonction de leurs spécificités.

La chape ciment, disponible sur le marché français depuis 10 ans, représente 40 % des chapes fluides utilisées. Elle a l’avantage de sécher très vite (15 jours après coulage), mais son retrait peut provoquer des fissures qu’il faut impérativement réparer, et elle nécessite la pose d’un produit de cure, ce qui peut s’avérer contraignant.

La chape anhydrite représente donc 60 % des chapes fluides. Elle ne génère pas de retrait (donc pas de fissures) mais sèche plus lentement, et son application dans des pièces humides ne peut se faire que jusqu’en classe E2, pour une bonne adhérence du revêtement. La pose de celui-ci nécessite d’ailleurs l’utilisation d’une colle spéciale. Ces petits défauts n’enlèvent rien aux qualités intrinsèques des chapes fluides et à leurs performances.

Eric Dessimond

Les recherches menées actuellement sur ces produits devraient faciliter encore leur emploi et accroître leur succès : en effet, elles sèchent de plus en plus vite, sont de plus en plus fines et n’auront bientôt plus besoin d’être poncées. Reste à mieux les faire connaître auprès des maîtres d’ouvrages privés et publics.

Dossiers techniques

A propos de l'auteur

L'auteur n'a pas encore ajouté d'informations à son profil
Aucune réponse à “Qu’est ce que la chape fluide ?”

Laisser une réponse