Quelle isolation aujourd’hui ?

Mai 28, 2014 0 commentaire par

La RT 2012 fait évoluer les propositions des constructeurs en matière d’isolation. Il faut dire que cette nouvelle réglementation pénalise fortement les points faibles, comme les ponts thermiques, et impose des garanties de résultat ! Il ne s’agit plus pour les constructeurs ou les entreprises de gros et de second oeuvre, de s’engager seulement sur les matériaux, les systèmes ou les produits, mais aussi de trouver la mise en oeuvre qui obtiendra les résultats les meilleurs.

On assiste du coup au déploiement de techniques qui étaient restées marginales, quoique opérationnelles depuis 10 à 30 ans.

Matériaux tout-en-un

cvsC’est le cas tout d’abord des maçonneries intégrant un isolant en terre cuite, en blocs béton, en béton cellulaire ou en blocs à base de pouzzolane, de chanvre ou de pierre ponce. Leur développement a été jusque là freiné par un coût supérieur aux briques ordinaires ou aux blocs béton standards.
En plus, leur réseau de distribution était limité et la technique de mise en oeuvre moins maîtrisée par les entreprises que pour les matériaux habituels.
On assiste par exemple à un regain d’intérêt pour les blocs porteurs en polystyrène. Le système est bien connu : on empile les blocs en polystyrène expansé et on les remplit ensuite de béton. Pratiquée d’abord en Allemagne dans les années 70, cette technique a été surtout utilisée à l’Est de la France. Des groupes industriels, comme Bouygues, avaient essayé sans succès de la développer. La nouvelle réglementation thermique fait bouger les lignes : ces blocs porteurs pourront être une bonne solution d’isolation à condition que suffisamment d’entreprises soient formées à les poser. La technique est plus compliquée qu’il n’y paraît !
wsAutre moyen d’isoler sans isolant : la brique de forte épaisseur, dite monomur, constituée d’une multitude d’alvéoles très rapprochées. Du fait du durcissement de la réglementation, elle a aujourd’hui une épaisseur de 50 cm pour la plus épaisse. On obtient un matériau très performant pour l’isolation thermique et l’inertie. De plus le collage se fait à joints minces et le mortier est supprimé. Par contre, les maçons déplorent leur poids : 21,9 kg chacune !
Encore une possibilité : les briques hauteur d’étage, une prouesse technique mise au point depuis 30 ans par les établissements Guiraud de Toulouse. Elles ont connu un certain succès mais surtout dans le monde agricole pour la construction de … porcheries ! Rapidité de mise en oeuvre, qualités mécaniques, thermiques et sanitaires, la brique hauteur d’étage a toutes les
cartes pour réussir aujourd’hui.

L’isolation par l’extérieur

vccEt puis, les systèmes d’isolation par l’extérieur, tous procédés confondus, sont maintenant envisagés aussi pour la construction.
Jusque récemment, l’isolation par l’extérieur était réservée au marché de la rénovation. La nouvelle réglementation pousse les constructeurs à la proposer aussi dans le neuf.

Le nouvel intérêt des isolants biosourcés

Les évolutions de la RT ont pour conséquence aussi l’évolution du marché des matériaux popisolants. Les laines minérales et le polystyrène expansé sont toujours leaders mais les isolants biosourcés (le bois, la fibre de bois, le chanvre, la paille…) ne sont plus réservés à de rares initiés : leurs performances thermiques et leurs prix en font de plus en plus des produits compétitifs.

Dossiers techniques, Isolation

A propos de l'auteur

L'auteur n'a pas encore ajouté d'informations à son profil
Aucune réponse à “Quelle isolation aujourd’hui ?”

Laisser une réponse