Quel chauffage pour le futur ?

Juin 03, 2012 0 commentaire par

A l’heure des économies d’énergie, des réglementations drastiques et des discours écologiques, une voix s’élève pour réaffirmer que la seule solution qui vaille aujourd’hui et demain, c’est la géothermie par forage.

Nous avons rencontré Didier et Paul Habouzit, père et fils, qui nous expliquent pourquoi :

Didier Habouzit : « Avant d’entrer dans les explications techniques et de détailler les avantages et les coûts de ce système, il est important je crois, de revenir sur des fondamentaux un peu trop souvent oubliés à mon goût : que mettons-nous derrière le mot confort et qu’entendons-nous par « notion de confort » ?
On pense toujours que seule la température ambiante de l’air suffit à dire si un logement est confortable ou non. Or, qui n’a pas fait l’expérience un jour d’être dans une pièce chauffée par une cheminée, ou d’avoir froid près d’une fenêtre alors que la pièce est chauffée ? On remarque qu’à proximité d’une source de chaleur comme la cheminée, il fait trop chaud et qu’en restant à l’opposé de la source, de l’autre côté de la pièce, on a froid alors que la température mesurée par un thermomètre atteint plus de 22°C.

Pourquoi cet inconfort ?
En fait, le confort ou la notion de confort sont la résultante de plusieurs paramètres mesurables comme la température de l’air ambiant avec sa vitesse, celle des parois (murs, plafonds, sols) et des vitrages. La moyenne de ces températures mesurées correspond à la température résultante ressentie réellement dans une pièce.
Une première conclusion s’impose donc : le procédé de chauffage doit tenir compte du mode de transmission.

La géothermie par forage plus que jamais d’actualité

Grâce aux dernières réglementations, les maisons sont de moins en moins consommatrices d’énergie. L’Etat, soucieux de favoriser les énergies non polluantes, garantit à la géothermie un crédit d’impôt relativement élevé (26 %).
Par ailleurs, la maîtrise des dépenses énergétiques pour une maison passe par des calculs qui pénalisent les énergies au bilan carbone défavorable. C’est ainsi qu’aujourd’hui, le chauffage électrique directe (convecteur, chaudière électrique, câble chauffant électrique) ne peut être qu’une source d’appoint en termes de chauffage, et non plus la principale énergie.
Les solutions de chauffage par aérothermie ont, quant à elle, fait exploser les consommations d’électricité, car le principe est basé sur un relais électrique (résistance) qui se déclenche aux températures extérieures inférieures à + 5°C. L’Etat n’a d’ailleurs accordé à cette technique qu’un crédit d’impôt de 15 % en 2012, ce qui selon moi est encore trop…
Comme nous le constations plus haut, les sources de chauffage principales comme le poêle ou la cheminée ne permettent pas d’obtenir un confort satisfaisant. Ces solutions nécessitent par ailleurs des entretiens annuels qu’il faut prendre en compte dans le coût global de fonctionnement (achat des combustibles, stockage, manutention, ramonage, …).
Nous ne parlerons pas ici des chaudières à gaz ou au fuel qui, si elles trouvent preneur encore aujourd’hui, ne sont pas considérées comme des énergies renouvelables et seront dans tous les cas de moins en moins compétitives avec l’augmentation inexorable du prix des matières premières.

Les avantages d’une géothermie par forage

Selon nous, toutes les géothermies ne sont pas efficaces.
La géothermie par forage constitue de loin la meilleure solution, puisqu’elle permet d’obtenir un rendement constant et toujours élevé de 1 pour 4 environ. On parle alors de Coefficient de Performance (COP). Pour une unité de consommation de fonctionnement électrique, 4 unités de chauffage sont fournies gratuitement (soit un rendement de 400%).

Benne pour Récupération de boues de forage – Activ Forage

Prenons l’exemple d’une maison de 150 m² construite selon la réglementation 2012 ; cette maison aura une déperdition d’environ 8 Kw. Pour compenser cela, il convient d’installer une PAC d’une puissance de chauffage au moins équivalente, c’est-à-dire 8 kW divisé par 4 (COP de 4 pour une PAC en géothermie), soit 2 Kw consommés. Comparativement aux chaudières électriques d’un rendement maxi de 95 % ou COP de 0,95, il faudrait une machine d’environ 9Kw. L’écart entre notre PAC et la chaudière électrique est alors de 7 Kw. Sachant qu’en Haute-Loire il faut environ 2000 heures de chauffage annuel, l’écart de 7 Kwh se traduit par un écart de consommation de 1680 euros/an ((7Kw x 2000h x 0.12 €TTC (tarif de base hors abonnement) = 1680)).
Cette analyse, nous montre clairement que l’économie d’échelle est immédiate entre les deux systèmes, de l’ordre de 1680 à 1920 €/ an pour les PAC les plus performantes.

Pompe à Chaleur – Unité intérieure – Enelec

Certes, les écarts seraient moins importants avec d’autres sources énergétiques que l’électricité, mais cela permet de nous interroger sur un avenir à court terme, car en 10 ans l’économie serait de 16 800 à 19 200 €, soit l’investissement nécessaire à l’installation d’une PAC géothermique. De plus, nous ne tenons pas compte dans ce calcul, du coût des abonnements électriques qui creuse encore l’écart. Il est à noter également que sur le marché de la revente, une maison équipée d’un système de chauffage géothermique par forage est très appréciée car elle ne nécessite aucun entretien et ne présente aucun coût supplémentaire de fonctionnement. Les agents immobiliers de Haute-Loire le confirment par les dernières statistiques en leur possession.
Une plus-value est donc envisageable lors de la vente d’un tel bien immobilier.

Une maison pilote en Haute-Loire

Les sociétés ENELEC et ACTIV FORAGE ont été associées à la conception et à la construction d’une maison très performante en Haute-Loire.
La conception, de type bioclimatique, a prévu la mise en oeuvre de briques mono mur de 20 cm, avec adjonction d’un isolant par l’extérieur et un très soigné traitement des ponts thermiques. Pour que le volant thermique du bâti joue à plein, un plâtre de finition a été directement appliqué sur les briques de la face intérieure des murs. L’innovation réside dans l’amélioration du système de chauffage par géothermie verticale, car le système a été relié à une installation de capteurs solaires sous toiture, pour réchauffer l’eau qui circule dans le circuit géothermique et ainsi augmenter son rendement.

L’objectif était de ramener la consommation à 2000 Kwh/an, soit une consommation de 240 €/an. Le système du forage permet également d’apporter une fraicheur naturelle l’été, par une climatisation passive, équivalent du puits canadien sans les désagréments de la pollution liée à la circulation d’air (bactéries). En effet, pour une PAC, le rafraîchissement se fait à partir de la circulation de l’eau. Le rafraîchissement l’été est d’ailleurs une notion de confort permanent que la RT 2012 obligera à prendre en compte.

Le forage à 200 m de profondeur, bientôt possible pour la maison

Les pouvoirs publics, qui s’intéressent de plus en plus à la géothermie, prévoient dans un décret le droit de forer à 200 m de profondeur dans un cadre réglementaire plus allégé (100 m aujourd’hui). Il sera donc possible d’obtenir une performance accrue de nos PAC, avec des économies possibles sur leurs mises en oeuvre et d’autres supplémentaires sur les dépenses de chauffage. Une avancée qui nous conforte dans nos choix. » .

Dossiers techniques, Economie d'énergie, Energies renouvelables, Environnement, Reportages

A propos de l'auteur

L'auteur n'a pas encore ajouté d'informations à son profil
Aucune réponse à “Quel chauffage pour le futur ?”

Laisser une réponse