Que vaut le diagnostic de performance énergétique (DPE) ?

Sep 06, 2014 0 commentaire par

Véritable critère de choix d’un logement ou d’aide à la décision d’une rénovation énergétique, le diagnostic de performance énergétique (DPE) manque toujours de fiabilité selon une enquête menée par 60 Millions de consommateurs, qui demande que de véritables compétences professionnelles soient exigées des diagnostiqueurs et que leurs outils soient normalisés afin de garantir une interprétation homogène des données.

Le DPE, annexé à toute promesse de vente ou acte authentique depuis 2006, comprend deux étiquettes, qui classent chacune le logement sur une grille d’évaluation de A, la meilleure note possible, à G, la plus mauvaise, l’une en fonction de son niveau de consommation d’énergie et l’autre en fonction de l’impact de cette consommation sur les émissions de gaz à effet de serre. Valable 10 ans, ce document propose des préconisations de travaux qui peuvent servir de base de réflexion à la rénovation énergétique. Mais que vaut vraiment le travail des diagnostiqueurs ?

Le DPE manque de fiabilité

Au moment ou le gouvernement dope les aides au logement (voir notre article sur le sujet), notamment celles pour l’accession à la propriété, une réalité apparaît dans cette étude menée sur le DPE qui concerne cinq logements dans différentes régions de France et soumis chacun d’eux à huit diagnostiqueurs : le manque de fiabilité du DPE. « Non seulement les prix sont très variables d’un professionnel à l’autre (de 40 à 250 €, selon les cas), mais le classement attribué au logement aussi. Ainsi, un même logement a par exemple été placé en catégorie D par la moitié des diagnostiqueurs testés tandis que trois le déclaraient en catégorie C et un dernier en catégorie B » relate 60 Millions de consommateurs.

Des diagnostics fantaisistes

Depuis octobre 2010, les Pouvoirs Publics ont engagé un plan de fiabilisation du DPE pour le faire évoluer d’un simple outil de sensibilisation vers un outil plus précis. « Force est de constater que l’objectif n’est pas encore atteint » assure l’association consumériste. Approximations dans les chiffres, erreurs de méthode, absence d’examen de la chaudière, diagnostic à distance… il semblerait que certaines pratiques des professionnels soient encore fantaisistes. « Dans l’un des logements, un diagnostiqueur a évalué la consommation énergétique à moins de la moitié de la consommation réelle ; dans un autre, le professionnel ne s’est même pas déplacé. Quant aux recommandations fournies dans les rapports, certaines étaient tout simplement irréalisables… » révèle l’enquête.

Ne pas se fier au seul DPE pour rénover

Quand on achète ou on loue un logement, le diagnostic de performance énergétique (DPE) fait partie des documents qui sont fournis obligatoirement. Il est devenu un véritable critère de choix d’un logement et, à ce titre, a un impact sur la fixation de son prix. En cas d’estimation trop fantaisiste et erronée du DPE, la responsabilité délictuelle du diagnostiqueur peut être engagée devant les juges alerte l’association, qui déconseille de se fier au seul DPE pour engager une rénovation énergétique.

Comment choisir son diagnostiqueur pour obtenir une estimation au plus juste ?

« Il existe un annuraire des diagnostiqueurs certifiés, établi par le ministère du Développement durable » rappelle Virginie Potiron, juriste à l’Institut National de la Consommation. Elle préconise de « demander une copie de la certification au diagnostiqueur, de vérifier la création de l’entreprise sur Infogreffe et de s’assurer que le professionnel est assuré au tire de la responsabilité civile professionnelle ».

Sources: www.batiweb.fr

 

Etats des lieux, Immobilier, Législation, Professionnels du bâtiment, Rénovation

A propos de l'auteur

L'auteur n'a pas encore ajouté d'informations à son profil
Aucune réponse à “Que vaut le diagnostic de performance énergétique (DPE) ?”

Laisser une réponse