Prêt à Taux Zéro + dans l’ancien des mesures trop timides

Août 21, 2012 0 commentaire par

Depuis le 1er janvier 2012, la restriction du PTZ+ dans l’ancien pénalisait les primo-accédants.
En effet, cet accès au PTZ+ n’était plus possible que pour un logement vendu par un bailleur social au locataire occupant, et les prix dans le neuf étant trop élevés pour les ménages à revenus modestes, ceux-ci ne pouvaient donc que rarement accéder à la propriété.
Lors de sa campagne présidentielle, François Hollande avait évoqué une possible évolution du dispositif de soutien aux jeunes et aux personnes aux revenus modestes pour l’accession à la propriété.

Depuis le 1er juin dernier, en vertu d’un arrêté du 3 mai 2012, les primoaccédants peuvent obtenir un PTZ+ dans l’ancien, si le bien immobilier acquis nécessite d’importantes rénovations.

Le propriétaire qui réalise les travaux doit remplir plusieurs formulaires justifiant ces travaux, et déclarer sur l’honneur qu’il a « ajouté ou remplacé la majeure partie d’un élément de gros oeuvre » (fondations, murs porteurs ou façades).
Si ces éléments ne sont pas concernés, il faut que les modifications touchent plus des deux tiers du second oeuvre (électricité, chauffage, plomberie, planchers non porteurs ou cloisons intérieures). Mais tout ceci représente de très gros frais, en raison de l’augmentation du coût des matériaux et de la main d’oeuvre.

Etats des lieux, Finance, Immobilier

A propos de l'auteur

L'auteur n'a pas encore ajouté d'informations à son profil
Aucune réponse à “Prêt à Taux Zéro + dans l’ancien des mesures trop timides”

Laisser une réponse