Pourquoi la qualité de l’eau est-il un enjeu ?

Août 23, 2012 0 commentaire par

La qualité de l’eau distribuée est en constante amélioration, pour autant des réseaux domestiques défaillants peuvent altérer l’eau potable reçue dans les foyers. En effet, certains réseaux relativement anciens peuvent encore contenir des traces de plomb.

Depuis quelques années, les évolutions réglementaires et techniques ont été nombreuses, avec le plus souvent des conséquences techniques importantes sur le réseau intérieur de distribution d’eau. Citons par exemples les normes de plomb dans l’eau potable, la lutte contre la présence de légionelles dans les réseaux d’eau chaude…
Autant de thèmes qui ont incité la CAPEB (Confédération des Artisans et Petites Entreprises du Bâtiment) a créer, en 2003, au niveau national, l’appellation Quali’Eau, reconnue par le Ministère de la Santé et les Directions Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales (DDASS), afin d’attester de la compétence des professionnels en matière de sécurité sanitaire des réseaux intérieurs d’eau potable et de récupération des eaux de pluie.

Former pour une meilleure qualité

« Former les plombiers permet donc d’améliorer la qualité générale des réseaux domestiques, tant sur le plan sanitaire que sur le plan écologique, expliquent les responsables de la CAPEB. »
Ainsi, pour bénéficier de cette appellation, l’entreprise doit participer à une formation technique sur dix jours qui couvre l’ensemble des problématiques liées à « la sécurité sanitaire des installations intérieures d’eau potable ». Le programme de formation « Contexte réglementaire et technique de distribution d’eau dans le bâtiment » repose sur trois modules indissociables :
■ les enjeux et contexte réglementaire,
■ la maîtrise des techniques de conception de réseaux et
■ la maîtrise des techniques de maintenance.

La certification permet aussi la remise à niveau des professionnels en ce qui concerne les installations techniques, avec trois objectifs majeurs :
■ Assurer un respect des règles techniques d’installation,
■ limiter les consommations d’eau dues à des installations défaillantes (éviter les fuites) et enfin
■ contrôler la conformité de ces dernières et en assurer la qualité (en éradiquant le plomb des installations par exemple).

Enfin, cette certification donne aux professionnels un éclairage législatif en matière d’eau potable et assure aux clients de dialoguer avec des professionnels aux faits des dernières évolutions. Cette appellation est donc un gage de conformité.

Cette validation prend la forme d’un QCM (Questionnaire à Choix Multiples) de 40 questions. Le minimum requis pour obtenir l’appellation est de 30 réponses correctes. Une double correction est effectuée par un jury composé de professionnels du secteur, parmi lesquels : la DDASS ou l’Agence Régionale de Santé (ex DRASS), les agences de l’Eau, des ingénieurs conseils ou bureaux d’études, des collectivités locales (services des eaux), du Président de la section Plomberie de la CAPEB départementale, du technicien régional de la Formation du réseau CAPEB, des industriels de la « filière eau » ■

Dossiers techniques, Environnement, Labels, Professionnels du bâtiment

A propos de l'auteur

L'auteur n'a pas encore ajouté d'informations à son profil
Aucune réponse à “Pourquoi la qualité de l’eau est-il un enjeu ?”

Laisser une réponse