Pourquoi choisir un maître d’oeuvre ?

Mai 28, 2012 0 commentaire par

Homme de l’art, spécialiste du bâtiment, le maître d’oeuvre vous accompagne tout au long de votre projet, depuis la conception (dessin,…), jusqu’à la remise des clés, en passant par la sélection des entreprises et le suivi du chantier.

Ste A3CR

Si les maîtres d’oeuvre n’ont pas d’ordre professionnel, la profession s’organise afin d’apporter toutes les garanties que vous êtes en droit d’attendre, tant en termes de compétences que d’assurances.

Vous souhaitez faire construire votre maison ou réaliser une extension en faisant appel à un professionnel pour assurer la conception et le suivi des travaux ?

Plusieurs possibilités s’offrent à vous quant au choix de votre partenaire avec qui vous allez signer un contrat de maîtrise d’oeuvre.
Ce professionnel peut être un architecte (que l’on dit DPLG) ou bien un professionnel que l’on appelle un «maître d’oeuvre».

Mais au juste, que recouvre ce qualificatif ?

Qui sont ces professionnels qui indiquent sur leur carte de visite «maître d’oeuvre» et vous proposent de vous accompagner tout au long de votre projet ?

Ste De Signe

Comme l’explique Claude Dufour, le président du SYNAMOB (Organisation professionnelle de l’architecture et de la maîtrise d’oeuvre en bâtiment), «il s’agit au départ d’une fonction. Initialement, le maître d’oeuvre par excellence est un architecte, celui que l’on appelle maître d’oeuvre aujourd’hui étant en fait quelqu’un issu des cabinets d’architecture. Après une période de reconstruction, quand les commandes se sont faites moins nombreuses et la conjoncture un peu plus difficile, les architectes se sont séparés d’une partie de leur personnel. Ces personnes se sont alors installées comme maîtres d’oeuvres, en continuant dans de nombreux cas à collaborer avec leurs anciens patrons qui faisaient toujours appel à leurs services ou qui leur adressaient des maîtres d’ouvrages. Les années passant, d’autres personnes sont venues s’agréger à cette profession avec comme bagage une formation en dessin ou une certaine expérience acquise dans le domaine du bâtiment ».

Ste A3CR

Claude Dufour précise qu’une loi de 1977 est venue poser un cadre pour rendre cette nouvelle profession de maître d’oeuvre plus lisible : «Cette loi sur l’architecture a ainsi créé le titre d’agréé en architecture. Etaient ainsi reconnues à la fois une formation de base, une pratique professionnelle, et des garanties apportées aux maîtres d’ouvrages. Hélas, cette politique n’a pas été poursuivie alors même que de nouveaux maîtres d’oeuvres continuaient de s’installer, sans contrainte particulière».

Ste José Ferreira

C’est ainsi qu’un certain nombre de maîtres d’oeuvres installés avant 1977 ont obtenu le titre d’agréés en architecture ; titre qui par la suite n’a plus été délivré. M. Dufour estime que le syndicat professionnel qu’il préside a dès lors un vrai rôle à jouer dans ce domaine et doit être en mesure d’encadrer cette activité de maître d’oeuvre afin d’apporter le maximum de garanties aux maîtres d’ouvrages, surtout lorsqu’il s’agit de particuliers souhaitant réaliser des travaux importants sur leur maison ou faire construire cette dernière. «C’est ainsi que nous proposons une charte de déontologie calquée sur celle des architectes. Par ailleurs, nous offrons des formations et de l’information à nos adhérents. Nous les incitons à souscrire aux garanties professionnelles nécessaires, à savoir la garantie décennale».

De la sorte, un maître d’ouvrage ne peut adhérer au SYNAMOB qu’après avoir présenté un dossier de candidature destiné à prouver ses compétences (formation, expérience, etc.) ; ce dossier étant complété par une enquête en région destinée à mieux cerner le candidat. «L’adhésion au SYNAMOB est donc conçue pour jouer, auprès des maîtres d’ouvrages, comme une garantie».

Alors comment peut-on définir le maître d’oeuvre et que peut-on attendre de lui ?

 

Concept Bourbonnais

Selon Claude Dufour, il s’agit «d’un professionnel du bâtiment qui va répondre à une demande d’un maître d’ouvrage pour la réalisation d’un bien immobilier depuis la conception jusqu’à la remise des clés en passant par l’aide au choix des entreprises et le suivi du chantier».
Cette mission du maître d’oeuvre va être définie dans le cadre d’un contrat de «louage d’ouvrage» autrement appelé de «maîtrise d’oeuvre» signé avec le maître d’ouvrage. Il n’y a pas de contrainte légale particulière quant au contenu de ce contrat, mais Claude Dufour recommande vivement de s’inspirer de celui que SYNAMOB fournit.

C’est ainsi que le contrat de maîtrise d’ouvrage va préciser les obligations réciproques du maître d’ouvrage et du maître d’oeuvre. Le premier devra par exemple permettre au second de mener à bien le chantier, notamment en payant avec ponctualité les entreprises intervenant, en fournissant les titres de propriété, les informations juridiques relatives au bien etc.

Pour sa part, le maître d’oeuvre :

MG Construction

■ devra s’assurer de la faisabilité juridique du projet avant d’engager des dépenses qui pourraient s’avérer inutiles (par exemple vérifie la constructibilité du terrain, les risques naturels éventuels, le contraintes d’urbanisme…)
■ devra en outre établir un projet en conformité avec les choix du maître d’ouvrage et le budget prévisionnel établi d’un commun accord
■ devra aussi présenter des entreprises dont il a vérifié la fiabilité (et le fait qu’elles soient assurées pour les travaux réalisés) et accompagner le particulier dans le choix des différents entrepreneurs
■ devra également assurer le suivi du chantier, la coordination des travaux et le respect du planning, en veillant à ce que les factures soient payées en temps et en heure.
■ Enfin, il fournira une assistance à la réception des travaux.

La rémunération du maître d’oeuvre se fait soit au forfait, soit sous la forme d’un pourcentage sur le montant global des travaux, pourcentage qui peut être dégressif suivant le montant de ceux-ci. Claude Dufour, tout en précisant que les honoraires restent libres, précise que ceux-ci s’inscrivent généralement dans une fourchette allant de 10 à 12 % du montant des travaux.

 

Architecture, Maître d'oeuvre, Professionnels du bâtiment, Rénovation, Votre projet

A propos de l'auteur

L'auteur n'a pas encore ajouté d'informations à son profil
Aucune réponse à “Pourquoi choisir un maître d’oeuvre ?”

Laisser une réponse