MATÉRIAUX LE CHANVRE, INNOVANT, ÉCOLOGIQUE ET ÉCONOMIQUE

Mai 17, 2017 0 commentaire par

La loi sur la transition énergétique formule la nécessité de concevoir des bâtiments à énergie positive, ainsi que «l’amélioration thermique» obligatoires pour les passoires énergétiques… L’engagement de la France pour une «stratégie nationale bas carbone » est dorénavant clair. Ainsi, grâce à ses points forts, le chanvre s’impose aujourd’hui dans la construction.

Cultivé  en France, le chanvre, plante extraordinaire par ses propriétés écologiques et économiques, est en pleine redécouverte. La plante est peu exigeante, capable de produire une biomasse très importante dans des terres ingrates avec très peu d’intrants et d’arrosage et sans protection phytosanitaire. Seule la transformation (défibrage et dépoussiérage) est un peu énergivore. Si traditionnellement, le chanvre était utilisé pour les cordages et les vêtements, aujourd’hui il devient un produit innovant, présent dans le bâtiment depuis 1980, sous forme de béton de chanvre, de laine isolante… Ainsi, les fibres longues et très résistantes de la périphérie de la tige permettent d’obtenir d’excellents  isolants en rouleaux ou en panneaux souples  (laine de chanvre). La chènevotte brute fournit aussi un isolant en vrac économique, de la litière pour l’élevage ou un paillage couvre-sol pour le jardinage.

DE LA CONSTRUCTION À LA RÉNOVATION

Le béton de chanvre -mélange de chanvre et de chaux- est traditionnellement utilisé en remplissage dans des coffrages. Depuis peu, il est également projeté mécaniquement par voie sèche sans coffrage, afin de réaliser des murs intérieurs ou extérieurs, au moyen d’une pompe à béton qui incorporera une faible quantité. L’épaisseur du béton de chanvre sera fonction du niveau d’isolation à atteindre.
Le béton de chanvre convient pour bien d’autres applications : conception de murs ou de cloisons lorsqu’il est associé avec une ossature bois, contribution à l’isolation d’une toiture ou à la réalisation d’une dalle isolante, application comme un enduit décoratif intérieur, esthétique et isolant. De plus, le béton de chanvre offre une bonne inertie à la maison et permet donc de réaliser des économies d’énergie.
Le béton de chanvre est aussi préconisé pour la rénovation de maisons à colombages en remplacement des torchis traditionnels. Contrairement au béton de ciment classique, sa perméabilité à la vapeur d’eau lui permet d’assurer une très bonne gestion de l’hygrométrie sans ajout de ventilation mécanique assistée.
Ainsi, les qualités du matériau sont aussi multiples que variées, comme sa performance thermique, hygrothermique et acoustique.
Les performances mécaniques, acoustiques et thermiques varient en fonction du mélange utilisé. Il est donc possible d’opter pour telle ou telle formulation afin de répondre à un objectif précis. La chènevotte possédant une porosité très élevée (de l’ordre de 60 %), les performances des mortiers restent cependant d’un très bon niveau, quel que soit le mélange.
Le matériau a la forte capacité à réguler les taux d’humidité de l’air ambiant, apporte un réel confort à l’intérieur des bâtiments, aussi bien l’été que l’hiver. Des essais ont été effectués pour comparer le béton de chanvre à des bétons plus traditionnels: béton cellulaire et briques alvéolées en terre cuite de type Monomur. Il en résulte que l’isolation thermique est supérieure avec le béton de chanvre, alors même que les conductivités de ces matériaux sont proches. La différence s’expliquerait par le fait que le chanvre absorbe davantage d’humidité.
Au niveau acoustique, le béton de chanvre est considéré comme un bon isolant et correcteur acoustique, puisqu’il est capable d’affaiblir et d’absorber les sons, grâce à sa porosité et à la composition de la chènevotte.

RÉSISTANCE AU FEU ET AUX ATTAQUES DE NUISIBLES

Pour un mur de 30 cm, enduit de part et d’autre à la chaux, des tests de résistance au feu, réalisés par différents organismes, montrent la stabilité au feu du mur enduit et le classe dans la catégorie française M0, incombustible, au côté de la pierre, brique, ciment, tuiles, béton, verre, laine de roche…
Le chanvre est très peu, voire pas du tout, sujet aux attaques par les rongeurs et les champignons. Une fois enduit, il présente une résistance bactérienne et fongique naturelle. Particulièrement grâce au liant chaux et à la grande durabilité de la chènevotte. Ce constat a été fait dans les principaux ouvrages déjà réalisés qui n’ont jamais subit d’attaques.
Enfin, face aux sollicitations horizontales engendrées par une secousse sismique, le béton de chanvre conforte l’ossature bois qu’il renferme. En effet le matériau, très souple, agit comme un contreventement pour la structure bois.

STRUCTURE LÉGÈRE

Contrairement au béton armé, le béton de chanvre présente une densité faible, permettant la mise en place d’architecture légère. Les bétons de chanvre utilisés pour réaliser des murs ont une masse volumique apparente d’environ p=400kg/m3. Cette faible densité va permettre une mise en place plus facile qu’un béton traditionnel lors de projets d’extensions/surélèvations.

LABEL ET RÈGLES PRO

Le maniement du béton de chanvre impose une formation spécifique. De même, la qualité des ouvrages qui intègrent des bétons de chanvre est liée entre autre à la qualité des matières premières utilisées. Ainsi, l’association Construire en chanvre et Interchanvre a mise en place le label Granulat Chanvre pour la Construction. Il a pour objet de garantir, aux utilisateurs du granulat chanvre, un niveau d’exigences concernant la stabilité de ses caractéristiques. De plus, l’association a établi des règles professionnelles en collaboration avec les ministères de l’Agriculture, de l’Equipement, et l’agence Qualité construction.

Dossiers techniques, Eco Construction, Economie d'énergie

A propos de l'auteur

L'auteur n'a pas encore ajouté d'informations à son profil
Aucune réponse à “MATÉRIAUX LE CHANVRE, INNOVANT, ÉCOLOGIQUE ET ÉCONOMIQUE”

Laisser une réponse