LOGEMENT : DES FRANÇAIS INÉGAUX FACE AU FROID

Avr 16, 2018 0 commentaire par

Si près de la moitié des français ont régulièrement froid dans leur logement, on note que trois facteurs creusent les écarts entre les catégories de population : le niveau de revenu, l’ancienneté du logement et le statut de l’occupant.

Les français aux revenus plus modestes souffrent d’un mauvais niveau d’isolation thermique de leur logement, mais ils maintiennent également sciemment une température basse chez eux, afin de limiter la facture énergétique : 2/3 d’entre eux chauffent leur pièce principale en dessous de 20°C ; et ils sont deux fois plus nombreux que la moyenne à chauffer à moins de 18°C.
Le deuxième facteur notable réside dans l’ancienneté du logement : plus il est ancien et plus la probabilité d’avoir froid est importante. Ainsi, 56 % des occupants de logements construits entre 1900 et 1945 déclarent avoir « parfois ou souvent froid », contre 37 % pour les logements de moins de 10 ans. Les meilleurs résultats sont obtenus par les logements certifiés ou labellisés.

Intervient ensuite le troisième facteur, le statut de l’occupant. Les propriétaires sont beaucoup moins exposés au froid, puisqu’ils sont quatre fois moins nombreux que les locataires à déclarer avoir «souvent froid» dans leur logement. Un écart qui s’explique par le fait que les propriétaires accordent plus de soin au choix de leur logement au moment de l’achat et réalisent plus facilement des investissements d’isolation.

Source : Association Qualitel / Ipsos

Etats des lieux, Etudes thermiques

A propos de l'auteur

L'auteur n'a pas encore ajouté d'informations à son profil
Aucune réponse à “LOGEMENT : DES FRANÇAIS INÉGAUX FACE AU FROID”

Laisser une réponse