LA SALLE DE BAIN : LIAISON ÉQUIPOTENTIELLE SUPPLÉMENTAIRE (LES)

Juil 24, 2018 0 commentaire par

60 % des français passent de 15 à 30 minutes par jour dans leur salle de bains. S’y sentir bien est indispensable pour profiter pleinement de ce moment d’intimité. Cette pièce, souvent exigüe, est le lieu de tous les possibles : les équipements innovants font preuve de leur ingéniosité, les matériaux démontrent leurs performances et les tendances rivalisent de créativité.

Une liaison équipotentielle a pour rôle de mettre tous les éléments métalliques d’un logement (canalisations d’eau, de gaz, huisseries métalliques) au même potentiel que celui de la terre. Dans les salles de bain, du fait de l’humidité qui favorise le passage du courant, il est nécessaire d’être encore plus attentif à l’installation du circuit de terre.
La norme NF C 15-100 est précise quant aux éléments à relier à la LES : toutes les canalisations métalliques (eau chaude, eau froide, vidange, gaz), les corps de baignoire métalliques ou les receveurs de douche métalliques, une des canalisations d’arrivée ou de départ de radiateur de chauffage, les parties fixes des huisseries métalliques, les grillages métalliques pour les éléments de chauffages noyés dans le sol.

La norme NF C 15-100 recommande désormais trois solutions pour réaliser une LES :

  • Un raccordement direct au niveau d’un même tableau de distribution/répartition,
  • Un raccordement au niveau d’une boîte de connexion spécifique à l’ensemble des circuits concernés par le local, implantés à l’extérieur de celui-ci ou dans un local adjacent (paroi commune),
  • Une solution mixte combinant les deux solutions ci-dessus.

L’installation de disjoncteurs différentiels permet également de protéger l’installation et ses utilisateurs.

Décoration, Electricité, Salle de bains

A propos de l'auteur

L'auteur n'a pas encore ajouté d'informations à son profil
Aucune réponse à “LA SALLE DE BAIN : LIAISON ÉQUIPOTENTIELLE SUPPLÉMENTAIRE (LES)”

Laisser une réponse