La réussite des nouveaux produits « déco » : écologie, performance et lumière !

Juin 12, 2014 0 commentaire par

Plus de pollution à l’intérieur qu’à l’extérieur

Le constat est là : l’air que nous respirons est 5 à 10 fois plus pollué à l’intérieur qu’à l’extérieur alors que nous passons en moyenne 22 h par jour à l’intérieur : dans les transports, sur notre lieu de travail, à notre domicile. En France, 12 millions de personnes seraient atteintes d’allergies respiratoires dues à cette pollution ou aux moisissures causées par l’humidité.
Certes, 2 logements sur 3 ont plus de 35 ans et ont souvent des problèmes d’étanchéité mais le principal polluant est le formaldéhyde, présent dans des matériaux modernes comme les colles, les revêtements de sol, les textiles d’ameublement, les meubles, le contreplaqué ou les panneaux mélaminés. Et les effets de ce polluant sont nombreux même à faible exposition : maux de tête, irritations, asthme ou nausées. Une forte exposition est potentiellement cancérigène.
C’est pourquoi, un décret de décembre 2011 a rendu obligatoire la surveillance de la qualité de l’air intérieur dans les établissements recevant du public. Mais pour les écoles ou les maisons de retraite, la mise en conformité ne sera obligatoire qu’en 2018, voire 2023 ; pour les particuliers, il faut avancer au cas par cas en suivant les indications proposées par les fabricants.

Des produits innovants sans polluants

456Les recherches technologiques ont en effet permis la fabrication de produits et de revêtements écologiques, à faible impact sanitaire et qui émettent moins de composés organiques volatils (COV). Un décret oblige d’ailleurs à faire figurer avec une étiquette bien visible, sur le produit ou sur son emballage, les caractéristiques d’émissions en substances volatiles polluantes après mise en oeuvre. Classés de A+ pour de faibles émissions à C pour de fortes émissions, cette étiquette est déclarative et sans obligation formelle d’essais.
D’autres certifications sont utilisées comme l’Ecolabel européen qui atteste de critères écologiques et de performances très stricts. Pour le bois, on trouve le label FSC (Forest Stewardship Council) qui indique qu’il provient d’une forêt satisfaisant à des normes rigoureuses au niveau environnemental, social ou économique. Il y a aussi la marque PEFCtm (Programme for the Endorsement of Forest Certification Schemes) qui signifie que le bois est issu de forêts gérées durablement.

Des peintures aux multiples qualités

5Les peintures d’aujourd’hui savent tout faire : protéger de l’humidité, renvoyer la lumière etc.
La première de leurs qualités est leur facilité d’utilisation. Les temps de mise en oeuvre du chantier sont réduits : il est souvent possible de poser 2 couches en une seule journée. Mais surtout, formulées en phase aqueuse, elles proposent des taux de COV inférieurs à 1g par litre et une quasi-absence d’odeur.

Pour l’humidité, il n’est plus nécessaire d’appliquer un produit d’imperméabilisation. Les nouvelles peintures acryliques en phase aqueuse ont une action curative : elles bloquent l’humidité dans le mur tout en le laissant respirer pour éviter les dégâts. Les microbilles contenues dans la peinture diminuent les écarts thermiques entre l’air intérieur et les murs froids, ce qui empêche la condensation de se former et régule la température de surface du film de peinture.

Même la lumière est amplifiée par l’utilisation d’une peinture adaptée. La nouvelle peinture de Sikkens permet de réduire jusqu’à 20% la consommation énergétique relative à l’éclairage et s’intègre aux démarches d’obtention de certifications environnementales des bâtiments. Les composants utilisés permettent d’obtenir une finition qui renvoie et diffuse davantage de lumière qu’une peinture traditionnelle.

Les nouvelles sous-couches ou peintures peuvent aussi avoir des qualités d’insonorisation en intégrant des microbilles de verre capables de stocker l’air. Ce procédé permet de réduire de façon importante les sons stridents et aigus de forte fréquence sonore.

Mat ou satin : toujours plébiscitées

6Pour les peintures murales d’intérieur, le mat représente 38% des ventes, un regain d’intérêt pour cette finition. Les produits actuels proposent des aspects mats profonds avec des degrés de brillance inférieurs à 1,5 GU à 85°. Le degré de brillance se mesure en Gloss Units avec un brillancemètre à 85% pour les peintures mates. Une peinture plus ou moins égale à 5 GU est considérée comme très mate. Mais c’est la peinture satin qui reste en tête des ventes avec 40% du marché. Son pouvoir opacifiant et garnissant renforcé est idéal pour les particuliers.
Quant aux peintures et enduits végétaux, minéraux ou à l’argile, naturellement écologiques, ils sont particulièrement à la mode.

Côté sol

Les sols bénéficient aussi d’innovations comme certains carrelages qui intègrent de la poudre d’argent ou du dioxyde de titane qui ont une
action bactéricide. Et des sols en PVC sont fabriqués maintenant sans phtalates, déjà interdits pour les plastiques au contact alimentaire.


SEDELYS

Tél : 04-77-74-24-18
Nouveau show room : 8 rue des Trois Glorieuses – Saint-Étienne
Du Lundi au Samedi de 9h30-12h et 14h-19h

Décoration

A propos de l'auteur

L'auteur n'a pas encore ajouté d'informations à son profil
Aucune réponse à “La réussite des nouveaux produits « déco » : écologie, performance et lumière !”

Laisser une réponse