Détecteurs de fumées : un délai accordé sous conditions pour s’équiper ?

Mar 02, 2015 0 commentaire par

L’Assemblée nationale a accordé sous conditions vendredi un délai aux propriétaires qui n’auraient pas installé de détecteur de fumée dans leur logement avant la date limite du 8 mars, comme le prévoyait la loi Morange. Les propriétaires devront a minima s’engager sur la signature d’un contrat d’achat de détecteurs de fumée. L’occasion de faire le point sur les DAAF et les mauvais résultats de la France en termes d’équipements. C’est le moment pour les professionnels de jouer leur rôle de conseil.

Si les chiffres varient d’une étude à l’autre, la France mérite quoi qu’il en soit un zéro pointé en matière de détection d’incendie. C’est le constat dressé par les professionnels de la sécurité, et qui se vérifie chaque année à travers les statistiques des accidents domestiques liés au feu : 600 à 800 morts chaque année et des milliers de blessés.
daafUne récente étude OpinionWay – Nest* révèle ainsi que 40% des personnes qui ne sont pas encore équipées de détecteur d’incendie ne comptent pas en acheter. En outre, les femmes seraient moins susceptibles de se conformer à la loi que les hommes (42% contre 36%) tout comme les CSP+ (plus de 3 500 euros de revenus par mois) comparées aux personnes les moins aisées. Enfin l’âge représente le facteur le plus commun : les jeunes de 18 à 24 ans sont les moins susceptibles de se conformer à la loi.
Seuls 26% des particuliers interrogés ont déclaré qu’ils achèteraient un détecteur d’incendie dans les trente prochains jours, 19% ont prévu de le faire dans les trois mois et 15% indiquent qu’ils prévoient cet achat dans les six prochains mois.

Face à ce constat, l’Assemblée nationale a décidé d’accorder vendredi un délai aux propriétaires qui n’auraient pas installé de détecteur de fumée dans leur logement avant la date limite du 8 mars prévue dans la loi Morange.

« Les propriétaires ayant signé un contrat d’achat des détecteurs au plus tard au 8 mars 2015 sont réputés satisfaire l’obligation (…) à la condition que le détecteur de fumée soit installé avant le 1er janvier 2016 », précise cet amendement au projet de loi Macron qui avait été déposé par des socialistes et a été adopté.

« Certains propriétaires doivent faire face à une indisponibilité des détecteurs ou des entreprises d’installation, notamment les bailleurs ayant un parc important de logements », stipule son exposé des motifs.

Les professionnels du bâtiment peuvent agir

Mais le rôle des entreprises du bâtiment apparaît également comme primordial pour proposer la pose de tels matériels, à l’occasion notamment d’interventions programmées chez les particuliers au cours des prochaines semaines ou les prochains mois. Outre les interventions programmées, nombre d’électriciens et d’entreprises spécialisées disposent d’un fichier client important. Ce devrait être l’occasion pour elles d’entreprendre des actions de marketing direct vers ces clients, qui ont fait appel à l’entreprise dans un passé plus ou moins récent.
Traditionnellement peu répandu dans le bâtiment, ce type de démarche de prospection fait en général preuve de son efficacité, au vu des faibles moyens engagés pour les réaliser. En effet, un simple matériel bureautique peut suffire pour envoyer quelques centaines de lettres et l’appui de l’assistante de l’entreprise permet d’accompagner l’envoi d’une relance téléphonique. Il est par ailleurs toujours possible de faire appel à des agences spécialisées en marketing direct. Si cela s’avère plus coûteux, l’efficacité n’en n’est que meilleure. Enfin il est aussi possible de s’abonner à un service de fourniture de devis qui simplifie toute la démarche de prospection et dont le coût est variable, lié au nombre de contacts fournis.
Régis Bourdot

Sources : www.batiweb.com

Législation

A propos de l'auteur

L'auteur n'a pas encore ajouté d'informations à son profil
Aucune réponse à “Détecteurs de fumées : un délai accordé sous conditions pour s’équiper ?”

Laisser une réponse