CHOISIR UN FINANCEMENT

Mai 04, 2016 0 commentaire par

Avant de choisir, essayez de vous projeter sur le long terme et d’anticiper l’évolution de vos capacités de remboursement, qui peuvent être revues à la hausse ou à la baisse. L’élaboration de votre financement dépendra, entre autres, de la nature de votre projet, du niveau de vos revenus et du montant de votre apport personnel.

 

LES PRÊTS DU SECTEUR AIDÉ

Les prêts aidés étant réglementés par l’État, ils sont soumis à des règles d’attribution (Famille, revenus). En contrepartie, leurs taux sont souvent avantageux.

  • Le prêt à taux zéro (PTZ)

Le Prêt à Taux Zéro est une aide de l’Etat pour favoriser l’accession à la propriété des ménages :
• qui n’ont pas été propriétaires de leur résidence principale au cours des deux dernières années précédant l’offre de prêt,
• dont les revenus n’excèdent pas les plafonds fixés.

Ce prêt permet le financement de la résidence principale :
–  Achat d’un bien neuf, ou rendu à l’état neuf.
–  Achat d’un terrain et construction ou construction seule.
–   Achat d’un logement existant accompagné de travaux d’extension de la surface habitable si la surface habitable créée est supérieure à la surface habitable avant travaux.
–   Transformation de locaux non destinés à l’habitation en logements.
– Achat d’un logement existant accompagné de travaux d’un montant au moins égal à 25% du coût total d’opération.
–  Achat d’un logement existant si le vendeur est un organisme HLM sous certaines conditions.
Le montant et la durée sont en fonction de l’objet à financer (neuf ou ancien HLM), de la composition et des ressources du foyer, et selon la zone géographique.
Le montant du PTZ peut aller jusqu’à 40% du coût de l’opération (dans la limite du coût plafonné d’opération), selon la zone géographique et le bien financé.

  • L’éco pret à taux 0%

Ce prêt à taux zéro finance certains travaux d’amélioration de performance énergétique du logement.
Si les travaux entrent dans la liste détaillée des objets finançables, et que le ou les entrepreneurs concernés valident leur conformité aux critères demandés, il est possible de bénéficier, sans conditions de ressources, d’un prêt pouvant aller jusqu’à 30.000 €, au taux de 0%.
Les entreprises qui effectuent les travaux éligibles à l’Eco-Prêt à 0% (hors travaux induits et travaux de réhabilitation des dispositifs d’assainissement non collectifs) doivent être titulaires du label RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). Il est ouvert à tous, sans condition de ressources.
Attention : les travaux ne doivent pas être commencés avant l’émission de l’offre de prêt.

  • Le Prêt Conventionné (PC)

Il permet de financer jusqu’à 100% du coût de  la construction ou de l’acquisition d’un logement neuf ou ancien. Il est sans plafond de revenus, Il est remboursable avec intérêts et peut donner droit à l’aide personnalisée au logement (APL).

  • Le Prêt Conventionné à l’Accession Sociale (PCAS)

Ce dispositif vise à faciliter l’accession sociale à la propriété aux catégories de ménages disposant de revenus modestes ou moyens (respect de plafonds de ressources fixés), en abaissant le coût des prêts immobiliers proposés grâce à la garantie du Fonds de Garantie de l’Accession Sociale (FGAS).  Il s’agit du financement de la résidence principale de l’emprunteur (uniquement). Il est remboursable avec intérêts et peut donner droit à l’aide personnalisée au logement (APL).

  • Le Prêt Epargne Logement

Le Prêt Epargne Logement est un prêt consenti en fonction des intérêts acquis suite à une épargne préalable sur un PEL (Plan Epargne Logement) ou sur un CEL (Compte Epargne Logement) pour le financement de la résidence principale ou celle de votre locataire.

  • Le prêt 1% logement

Ce prêt immobilier  s’adresse aux salariés des entreprises du secteur privé. Il permet de financer sa résidence principale à  un taux  avantageux.

BON A SAVOIR

L’Eco-Prêt à taux zéro est cumulable avec les aides de l’ANAH (Agence Nationale de l’Amélioration de l’Habitat) et des collectivités territoriales. Il peut aussi venir en complément d’un PTZ octroyé pour financer les opérations d’acquisition-amélioration (notamment logements anciens HLM respectant certains critères).

 

choisir_un_financement_ma_maison_mes_travaux

 

LES PRÊTS DU SECTEUR LIBRE

Ces prêts ne sont liés à aucune condition réglementaire particulière, mais à votre seule capacité de remboursement. Ils vous permettent ainsi de financer : l’acquisition d’un terrain à bâtir, la construction d’une maison individuelle, l’acquisition d’une résidence principale ou secondaire (neuve ou ancienne) l’acquisition d’un bien immobilier destiné à la location,  la réalisation de travaux de toute nature.

  • Le TEG (taux effectif global)

Il est obligatoire et intègre tous les frais annexes (frais d’actes de garanties, frais de dossier, frais d’intermédiation, frais d’assurance (si celle-ci est obligatoire pour l’octroi du crédit)).

Les prêts du secteur libre sont très souples. Ils peuvent permettre :
•  la modulation du montant des échéances à la hausse ou à la baisse ;
• le report de l’amortissement du capital pour un nombre déterminé d’échéances ;
•  le différé d’amortissement du capital durant la construction ou d’acquisition en VEFA.

  • Les prêts à taux fixe

Le taux fixé au moment de la mise en place de votre prêt est garanti pendant toute sa durée. La mensualité et la date d’échéance sont connues dès la souscription du crédit.

  • Les prêts à taux révisable

Si vous recherchez un financement qui s’adapte à l’évolution des taux de marché, vous pouvez envisager ce type de prêt. Pour vous aider dans votre choix, les banques se sont engagées à fournir aux clients une explication précise de la définition de l’index choisi et de son mode de révision, ainsi que plusieurs simulations de variation de cet index et de son incidence sur le montant et/ou la durée des remboursements (et donc le coût du prêt). Ces prêts peuvent bénéficier de la faculté de passer à taux fixe à tout moment et, lorsqu’ils sont capés, d’un taux plafond et d’un taux plancher qui limitent la variation du taux.

TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR POUR RÉUSSIR VOTRE ACQUISITION :

  • PREMIÈRE ÉTAPE : évaluer votre budget

Vous devez toujours évaluer votre budget, au besoin avec l’aide de votre banquier, avant toute signature d’un compromis de vente ou d’un contrat de réservation.
Le montant que vous êtes en mesure d’emprunter dépend notamment :
•  de votre capacité de remboursement mensuel (compter environ 30% du montant de vos revenus). Cette approche est ensuite à affiner en fonction de votre mode de vie. En effet, le budget mensuel restant, doit être suffisant pour vous permettre d’assurer vos autres dépenses;
• de votre besoin de financement. Il comprend le prix d’achat augmenté des frais supplémentaires (frais d’agence, de mutation, de garantie et de dossier) et diminué de votre apport personnel;
•  du taux d’intérêt et de la durée.

  • DEUXIÈME ÉTAPE : envisager toutes les possibilités

Une fois votre budget maximal chiffré, recherchez les biens qui correspondent dans le ou les secteurs où vous souhaitez habiter. Sur chaque secteur défini, évaluez la durée des trajets, le coût et la fréquence des transports ainsi que la proximité des commerces et des écoles

  • TROISIÈME ÉTAPE : chercher votre futur logement

Vous avez la possibilité de vous adresser à une agence immobilière située dans le secteur choisi, sa connaissance du marché local et des prix étant un atout dans votre recherche. Une autre option consiste à vous adresser à un notaire ou à consulter les annonces de particulier à particulier, ce qui vous permettra d’économiser les frais d’agence, dont le montant est libre. Comparez les prix pour des biens équivalents, afin de ne pas surpayer votre acquisition sur un coup de cœur et n’oubliez pas de regarder la performance énergétique du bien.

  • QUATRIÈME ÉTAPE : optimiser vos visites

Une première visite, sur place, vous permet tout d’abord de juger de l’environnement, du quartier et des nuisances éventuelles.
Pour un bien existant, soyez vigilant sur l’état des parties communes, des façades, de la toiture et du jardin. Observez aussi l’état des plafonds, des murs et des fenêtres… Renseignez-vous sur le mode de chauffage (type d’appareil et coût annuel), la production d’eau chaude, le montant des charges de copropriété (s’il s’agit d’un bien en copropriété) et la date possible de libération.
Dans le cas d’une construction, lisez attentivement le descriptif fourni et demandez à visiter d’autres programmes ou logements réalisés par le constructeur ou le promoteur.

Si le bien vous convient, une seconde visite détaillée s’impose.

Renseignez-vous sur les autres équipements ; pour un logement ancien, assurez-vous qu’il n’existe pas de traces d’humidité ; vérifiez l’état de la cave et du grenier ; si besoin, faites-vous accompagner par un professionnel qui évaluera l’état global du logement ; si le bien se situe dans un immeuble en copropriété, lisez attentivement les  derniers comptes rendus d’assemblée générale afin de connaître les travaux votés et donc d’anticiper les charges.
Toutes ces démarches doivent vous permettre d’évaluer les travaux éventuels.
Une négociation est possible, surtout si le bien est en vente depuis longtemps. Si le montant vous paraît plus élevé que le prix de marché, faites une contre-proposition.

Finance, Législation, Sécurité, Vos démarches, Votre projet

A propos de l'auteur

L'auteur n'a pas encore ajouté d'informations à son profil
Aucune réponse à “CHOISIR UN FINANCEMENT”

Laisser une réponse