ASTB, garant de la bonne performance des maisons

Avr 25, 2014 0 commentaire par

Parmi les vocables nouveaux qui apparaissent chez les professionnels du bâtiment, les termes d’étude thermique, d’audit énergétique, de thermographie InfraRouge ou d’infiltrométrie (test d’étanchéité à l’air) sont nés depuis la création des Réglementations Thermiques et normes BBC, et sont ainsi devenus incontournables avec la nouvelle réglementation RT 2012. Derrière ces mots, on découvre des prestations pour la qualité des constructions ou des rénovations de maisons.

Fabrice Delorme, responsable d’ASTB, nous explique les enjeux :

Sans titre 7« A l’heure où les exigences de performance pour le bâtiment permettent de réaliser de grandes économies, nous distinguons les démarches obligatoires liées aux différents tests qui valident les bonnes pratiques de construction, des démarches plus volontaires émanant de particuliers qui cherchent pour leur résidence à déterminer dans les travaux les priorités qui les amèneront à économiser sur les dépenses énergétiques.
En effet, dans l’ancien, comment mettre en évidence les déperditions de chaleur, les fuites d’air, la performance des chaudières ?  A travers la démarche d’ASTB, la réponse est qu’avant tous travaux, il est bon de réaliser un audit énergétique précis de l’état de la construction. Pour ce faire, nous utilisons chez ASTB un logiciel qui s’appelle Clima-win dont les critères d’analyse intègrent ceux des différentes réglementations thermiques dont ceux de la RT 2012. Il est ainsi possible d’élaborer des scénarii de travaux et de comparer les résultats avant et après travaux. Cette démarche préconisera par exemple de changer les menuiseries, de renforcer ou de changer tout ou partie de l’isolation, dont la mise en oeuvre pourrait Sans titre 8être extérieure ou intérieure suivant le cas… Un ensemble de combinaisons de plusieurs travaux pourra être envisagé pour répondre le plus finement possible à un objectif d’investissement précis (bouquet de travaux). En effet, le budget alloué aux travaux déterminera les priorités utiles et nécessaires puis l’ordre des travaux. Il pourra être aussi estimé un retour sur investissement qui permet au propriétaire des lieux d’avoir une vision sur le long terme.
Pour obtenir des résultats probants, ASTB dispose notamment de matériels de thermographie infrarouge capables de détecter les points faibles de la construction en terme de déperditions énergétiques. ASTB dispose aussi de systèmes appelés « Blower Door ou porte soufflante » qui sont plus utilisés dans la construction neuve car ces systèmes permettent de mettre en pression ou dépression le bâtiment en cours d’achèvement ou achevé et de constater les fuites d’air, sources de surconsommation, de gaspillage d’énergie et d’inconforts, ce qui orientera les reprises dans les travaux afin de parfaire le bâtiment avant sa livraison. Pour une plus grande efficacité dans notre travail, nous n’hésitons pas à étudier le plus en amont possible les projets en collaboration étroite avec les architectes ou les économistes de la construction.
Je suis persuadé que la conception d’un projet qui intègre notre démarche globale en amont permet d’obtenir des résultats optimaux et de réaliser les chantiers dans les meilleures conditions. »

Difficultés d’application

Sans titre 10Si la RT 2012 est intéressante sur le fond en terme de volonté d’économie d’énergie, elle est très contraignante en phase conception pour l’ensemble des acteurs et difficilement apréhendable du fait de la complexité du mode de calcul.
De plus, le niveau de performance à atteindre, les calculs complexes et les contrôles obligatoires génèrent un surcoût financier important.
Du fait de l’absence d’obligation de moyen, les industriels manquent de repères pour le développement de leurs produits. La valorisation des produits certifiés à l’effet pervers de générer une forte attente au niveau des organismes certificateurs et les bureaux d’études se trouvent confrontés à l’absence de valeur à renseigner dans le moteur de calcul.
L’évolution permanente du moteur de calcul mis en place par le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) n’aide pas non plus à stabiliser les choses et figer les solutions.
La RT 2012 impose un tel niveau d’exigence qu’il n’y a souvent que quelques kWh de différence de consommation entre un projet très performance au sens de la RT et un projet non conforme. De ce fait, la mise en conformité peut générer un surcoût important pour un bénéfice somme toute relatif.
Chaque maison doit être étudiée au cas par cas afin d’optimiser au mieux les éléments à mettre en oeuvre.
Devant la complexité de sa mise en place, les constructeurs de maisons individuelles sont plus structurés et mieux préparés, alors que certains architectes et la plupart des maitres d’ouvrage se sentent un peu perdus.

Plus d’engagement de la part des BET

Sans titre 8Auparavant, le Bureau d’Etude Thermique (BET) vérifiait le respect de la RT 2005. Aujourd’hui, ceux-ci passent beaucoup de temps à optimiser et préconiser les solutions les mieux adaptées à chaque projet pour respecter la RT 2012 ; aussi bien en matière de bioclimatique, que de système de chauffage ou encore de niveau d’isolation.
Avec la RT 2012, les besoins en énergie sont très faibles, du fait de la performance du bâti. Ainsi, le dimensionnement (calcul de puissance de l’appareil à installer) des équipements est primordial. En effet, contrairement aux idées reçues, un appareil trop puissant ne génère pas nécessairement une surconsommation, mais plutôt un inconfort des occupants. L’émetteur peut fonctionner en tout ou rien sur de courtes durées et créer des trains de chaleur entrainant une sensation désagréable.
Une difficulté aussi, concerne le comptage de l’énergie utilisée qui ne prend pas en compte tout ce qui est domestique (grill pain, fer à repasser …)

Cas des extensions …

Les extensions de plus de 30 % de la superficie de l’existant ou de 150 m2 sont soumises à la RT 2012.
Depuis la sortie de la fiche d’application le 08/07/2013, les modalités de calcul sur les extensions sont connues.
Avant cette fiche, les bureaux d’études ne savait pas comment réaliser les calculs ; après cette fiche, les bureaux d’études savent comment réaliser les calculs mais ne savent pas comment les maîtres d’ouvrage pourront payer les travaux tellement cette réglementaion semble contraignante et, pour tout dire, difficilement applicable.
De ce fait, les projets d’extension risquent d’être bloqués alors qu’ils sont de plus en plus fréquents du fait de la crise économique.

ASTP (Analyse et Suivi Thermique du Bâtiment)
42, boulevard Antonio Vivaldi
Tél : 04-77-92-08-14
Portable : 06-11-05-52-85
www.astbthermique.com

Etudes thermiques, Reportages, RT 2012

A propos de l'auteur

L'auteur n'a pas encore ajouté d'informations à son profil
Aucune réponse à “ASTB, garant de la bonne performance des maisons”

Laisser une réponse